Diagnostic plomb : 3 questions sur le matériel et l’étalonnage

Pavel Streber, président du groupe Protec, répond en vidéo aux questions sur l'évolution du matériel de diagnostic plomb à l’occasion du Grand Circuit Rénovation des Copropriétés.

Retranscription

Comment s'assurer du bon étalonnage des machines plomb ?

C'est une question assez récurrente. Une machine a une durée de vie avec une source dans laquelle il faut recharger la source selon la typologie de source. Et ensuite nous avons un bloc étalon qui permet de vérifier - avant, pendant et après le diagnostic - qu'il n'y a pas de dérives vis-à-vis de la mesure de la machine elle même.

Ce qu'on préconise : quand on arrive sur le chantier, avant de créer le diagnostic on va faire des mesures sur un bloc étalon pour vérifier que la machine donne les bons résultats sur des mesures sur lesquelles on connaît le résultat auquel il faut s'attendre. Si le diagnostic dure moins d'un certain temps, on va pouvoir faire des mesures en fin de diagnostic pour vérifier qu'il n'y a pas eu de dérives pendant l'utilisation. SI c'est un diagnostic qui va durer un certain nombre d'heures, on va vérifier régulièrement. Mais il faut savoir que les machines ont elles-mêmes une technologie pour pouvoir s'auto-étalonner régulièrement pendant leur utilisation.

Quelle durée de vie des sources à fluorescence X ?

Vous avez deux typologies de source. Nous on utilise du cobalt, pour une raison de rapidité. Avec le cobalt 57, on a une source d'une durée de vie de 24 mois. Mais vous avez aussi des appareils qui utilisent du cadmium, qui ont un peu moins d'énergie et qui prennent un peu plus de temps en termes de mesure, mais qui ont une durée de vie légèrement supérieure (36 mois).

Dans tous les cas, on considère qu'il est important d'avoir un appareil avec une source qui permet d'aller assez vite et qui bien sûr doit être changée, pour que l'appareil reste fiable.

Comment pourrait évoluer les prestations dans les prochaines années ?

Aujourd'hui, tout le monde est au courant du diagnostic du plomb, mais en règle général le grand public pense naturellement au plomb dans la peinture. Il y a beaucoup de nos clients et d'autres personnes qui sont intéressés de savoir s'il n'est pas possible d'appliquer les analyseurs - ou un dérivé de cette technologie là - pour pouvoir faire des analyses de mesure de l'eau ou d'autres supports. Et pas juste les peintures. Ça fait partie des choses intéressantes dans le futur pour pouvoir faire un diagnostic global.

À voir également