Prélèvements : sécuriser tous les chantiers et tous les intervenants, au meilleur prix

en partenariat avec :

Réaliser un prélèvement en toute sécurité ; forer un mur, une cloison ou un plafond en évitant toute émission de poussières suspectes… les solutions techniques ne manquent pas. Le problème, c’est qu’il s’agit généralement de solutions lourdes et/ou onéreuses pour un diagnostiqueur ou un propriétaire / maître d’ouvrage. Polyasim propose deux produits qui vont révolutionner les pratiques. Le point avec Thierry Meiller, responsable Développement chez POLYASIM.

Pour quels types d’interventions vos produits sont-ils conçus ?

En pratique, Polyasim propose une gamme de produits permettant d’intervenir dans le cadre d’un confinement de l’amiante, donc des travaux dits de « sous-section 3 » (SS3), dont l’objectif est la lutte contre l’amiante, ou dans le cadre de travaux de rénovation ou d’aménagement présentant un risque de présence d’amiante, donc des travaux dits de « sous-section 4 » (SS4).

Les travaux de SS4 concernent toutes les interventions de maintenance d’un bâtiment, du plombier qui installe un tuyau dans un mur, à l’électricien qui installe des prises, en passant par le particulier qui perce un mur pour poser une fixation. Dès lors qu’un professionnel ou qu’un particulier interviennent sur le bâti existant dont on sait ou on soupçonne qu’il puisse renfermer du plomb ou de l’amiante, il est obligatoire de travailler de manière sécurisée. D’un point de vue opérationnel, cette sécurisation, pour être mise en œuvre systématiquement, doit être simple, pratique et pas chère. C’est le leitmotiv qui a guidé Polyasim dans l’élaboration de ces deux produits.

Le perçage est l’opération la plus courante lors de travaux. Quelle solution proposez-vous ?

Nous avons mis au point le GCP+, acronyme de « Gel Capteur de Poussières ». Il s’agit d’un produit plus technique que les poches de gel utilisées par les désamianteurs pour percer en évitant l’émission de fibres. Pour les professionnels, cette utilisation se présente sous forme de poches de gel à travers lesquelles on vient percer le support, et qui absorbent les poussières.

Mais cette technique, efficace, est aussi très chère, entre 5 et 6 € la poche à usage unique. Pour les diagnostiqueurs et les maîtres d’ouvrage, le GCP+ est une solution beaucoup plus abordable et tout aussi efficace.

Pratiquement, il s’agit de cartouches de gel qui permettent de doser précisément en fonction de l’importance du perçage.

Le gel est issu d’un produit que Polyasim avait développé pour la SNCF, un gel technique à très haute densité, utilisé pour le décapage des trains à l’aiguilleur pneumatique. Nous l’avions aussi utilisé lors de la rénovation du Ritz, pour le déplombage d’une rampe d’escalier classée. Nous avons donc conditionné ce gel en cartouches de 310 ml, comme un pistolet à enduit, qui permet d’utiliser la dose de produit nécessaire, sans gaspillage. Chaque cartouche permet de réaliser une vingtaine de perçages, réduisant ainsi le coût de chaque perçage à environ 80 cents.

Le GCP+ adhère parfaitement sur tout support, mur ou plafond, et se nettoie à l’éponge. Il permet aussi, par rapport aux poches de gel, de réduire le volume, et donc le coût de traitement, des déchets contaminés. Il a été testé sur des forages et sondages jusqu’à 50 cm de diamètre sans aucune émission de poussières.

Notons enfin, plus spécifiquement pour les diagnostiqueurs-préleveurs, qu’en plus de sécuriser le processus de prélèvement, le GCP+, à base d’eau, ne gêne pas le comptage de fibres en laboratoire.

Quelle solution proposez-vous contre les poussières lors d’interventions autres que le perçage ?

Pour éviter l’émission de poussières d’amiante ou de plomb, Polyasim, toujours dans l’objectif de permettre un usage pratique et peu onéreux de solutions efficaces, a développé le Tempo. Il s’agit d’une résine pure en base aqueuse qui s’applique au pulvérisateur basse pression, qui imprègne le support poussiéreux et se polymérise en séchant, ce qui permet la mise en sécurité à long terme des éléments en opérations SS4, notamment.

L’effet mouillant est le même qu’avec un surfactant. Mais ce dernier, en séchant, va relâcher les fibres d’amiante. Le Tempo sèche en se polymérisant et crée ainsi une rustine durable et visible, si on opte pour la couleur rouge (il est également conditionné en couleur translucide). Sur des sites industriels, il permet aux agents techniques de marquer les éléments sécurisés.

Pour le diagnostiqueur-préleveur, le produit est plus efficace, en termes de sécurité personnelle et des occupants, qu’un marquage au ruban adhésif par exemple. La polymérisation en intérieur tiendra plusieurs années, en attente d’une programmation d’intervention.

Pour le professionnel qui a fait des perçages, le Tempo permet de les mettre totalement en sécurité, en enveloppant les poussières résiduelles. Ici encore, nous avons travaillé pour démocratiser des solutions professionnelles à destination des particuliers et des maîtres d’ouvrage.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

Laisser un commentaire