Devenir diagnostiqueur immobilier après un parcours atypique

devenir-diagnostiqueur-immobilier

A 54 ans, Bruno Frémeaux se lance un nouveau défi en tant que diagnostiqueur immobilier. Après avoir exercé pendant plus de vingt ans dans la grande distribution (meubles et électroménager), puis ensuite dans les pièces automobiles, Bruno a connu une période de chômage qui l'a incité à prendre une autre orientation.

Il a débuté son nouveau parcours par une formation agricole mais des raisons de santé ne lui ont pas permis de pouvoir pratiquer. Reconnu travailleur handicapé en 2010, cette situation lui donne la perspective, proposée par la MDPH, de s'orienter vers le diagnostic immobilier-bâtiments. Pour Bruno, c'est une nouvelle étape qui commence. « Je suis retourné sur les bancs de l'école afin de passer un bac professionnel assistant d'architecte, que j'ai obtenu. Puis je me suis engagé dans la formation pour la réhabilitation du patrimoine contemporain et ancien, avant d'aller au niveau 3 de diagnostiqueur, que j'ai obtenu après une formation longue » affirme Bruno.

Mais pendant la formation, Bruno Frémeaux a appris que parallèlement il fallait des certifications afin de pouvoir exercer. Et ces certifications coûtent cher, ce qui est un problème pour une personne avec très peu de moyens. Sans aide, pas de certification pour Bruno qui, du coup, prend sa plus belle plume pour écrire à la ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui lui a répondu. Mais rien à faire.

« Heureusement à la mairie et au CCAS de Saint-Pierre j'ai été bien écouté et on m'a bien aidé, notamment pour obtenir un logement. Ma volonté était de travailler, pas d'être assisté » dit-il encore. C'est alors que l'opportunité de faire une formation chargé d'affaire en bâtiment s'est présentée. Ce qui a permis à Bruno de mettre un peu d'argent de côté pour financer les certifications avec cette fois une aide financière de l'Aghefiph.

« J'ai donc pu m'engager dans la formation de création d'entreprise et en février j'ai démarché la banque qui a retenu mon projet. Il faut savoir par exemple qu'un analyseur de plomb coûte entre 15.000 et 20.000 € » dit le nouveau diagnostiqueur.

Après une étude de marché, Bruno Frémeaux s'est donc installé à Saint-Pierre-des-Corps, tout en sachant qu'il peut œuvrer dans un périmètre beaucoup plus large que l'agglomération tourangelle. En tout cas, Bruno Frémeaux montre que son parcours du combattant a fini par payer.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire