Statistiques sur l’énergie

en partenariat avec :

La demande de toutes les formes de l'énergie a fortement augmenté en 2010 et l'avenir du gaz naturel semble prometteur.

La compagnie pétrolière BP publie son rapport annuel sur les statistiques énergétiques mondiales pour l'année 2011 (BP Statistical Review of World Energy 2011). De son côté, dans le cadre de son rapport annuel, World Energy Outlook (WEO), l'Agence internationale de l'énergie (AIE) présente une étude sur le potentiel du gaz au niveau mondial (Are we entering a golden age of gas ?).

 

 

 

Croissance de la consommation énergétique

 

 

La demande mondiale en énergie a augmenté de 5,6 % en un an, le taux le plus élevé depuis 1973. La consommation mondiale a évolué pour toutes les formes d'énergie (pétrole + 3,1 %, gaz naturel + 7,4 %, charbon + 6 %) et dans toutes les régions. La demande dans les pays de l'OCDE n'a augmenté que de 3,5 % alors que celle de la Chine s'est accrue de 11,2 %, elle devient le premier consommateur mondial.

Le pétrole reste le principal carburant, à 33,6 % de la consommation mondiale d'énergie, mais il a continué à perdre des parts de marché pour la onzième année consécutive.

Pour la première fois cette année, l'examen comprend des données sur les énergies renouvelables autres que l'hydroélectricité. La production de biocarburants a augmenté de 13,8 % et celle de l'électricité d'origine renouvelable de 15,5 %. L'ensemble des énergies renouvelables a fourni 1,8 % des besoins énergétiques mondiaux. La production nucléaire ne progresse que de 2 %.

 

 

 

Vers l'âge d'or du gaz

 

 

L'AIE estime que le gaz, naturel et non conventionnel (GNC) va jouer un rôle de premier plan dans le mix énergétique mondial.

En 2035, la consommation mondiale de gaz pourrait atteindre 5,1 milliards m3 par an, soit 50 % de plus qu'aujourd'hui. Toutefois, l'analyse du cycle de vie montre que l'utilisation des GNC émet plus de CO2 que celle du gaz naturel. Sans un recours à des sources d'énergie à faible émission de carbone, une efficacité énergétique accrue et le déploiement de nouvelles technologies telles que le captage et stockage du carbone (CCS), la hausse des températures pourrait atteindre 3,5° C en 2035 alors que l'objectif fixé à Copenhague est une élévation de 2° C. De plus, l'utilisation de la technique de la fracturation hydraulique pour produire ces gaz soulève d'autres préoccupations environnementales (consommation excessive d'eau, pollution des nappes et des sols).

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur