Qualité des eaux du robinet et en bouteille : le WWF France tire la sonnette d’alarme

en partenariat avec :

Selon une étude menée par le WWF France en 2009 et 2010, toutes les eaux que nous buvons, qu'elles proviennent du robinet ou des bouteilles, contiennent des résidus de produits chimiques.

Compte tenu des inquiétudes que suscite la qualité de l'eau potable depuis plusieurs années, le WWF France a pris la décision de mener deux grandes campagnes d'analyses en 2009 et 2010, afin d'évaluer la présence éventuelle de polluants dans les eaux du robinet et dans les eaux en bouteille. Les résultats ont été publiés le 19 mai 2011.

Concernant l'eau du robinet, des prélèvements ont directement été effectués chez les consommateurs, dans une cinquantaine de villes, puis analysés par un laboratoire de référence agréé par le ministère de la santé. Bien que 19 molécules aient été détectées (essentiellement des nitrates, des résidus chlorés ou bromés de sous-produits de désinfection et de l'aluminium), les résultats de l'enquête, mettent en évidence que la réglementation en vigueur est bien respectée.

Concernant les eaux en bouteille (eaux minérales et eaux de source confondues), sur 15 sites analysés, 4 micropolluants ont été détectés à l'état de traces ou à des concentrations quantifiables (nitrates, aluminium, antimoine et plomb). Comme dans les eaux du robinet, ces concentrations sont inférieures aux normes règlementaires actuelles.

Face à ces résultats, le WWF France dénonce les insuffisances du dispositif réglementaire actuel, établissant les normes de qualité des eaux.

L'association met par ailleurs en évidence le déséquilibre entre l'eau distribuée dans les petites communes rurales et celle qui alimente les grandes agglomérations. En effet, alors que les zones rurales sont plus exposées aux pollutions d'origine agricole, les contrôles y sont plus rares que dans les grandes villes, car le coût est trop élevé pour être supporté par ces petites communes.

Selon le WWF France, il est donc impératif, au regard de ces résultats, de mettre en place au plus vite, une protection efficace des sources d'eau potable en amont, et plus généralement des ressources en eaux brutes. A cette fin, l'organisation de protection de l'environnement recommande entre autres de :

- redéfinir la qualité des eaux de boisson en révisant la réglementation actuelle ;
- renforcer la protection des captages ;
- développer les analyses afin notamment de déceler les traces de polluants le plus tôt possible dans les eaux brutes pour bloquer leur augmentation ;
- créer un institut indépendant, doté d'une autonomie financière, chargé de produire des rapports rendus publics sur la base de ses propres prélèvements.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur